Supermatter Engine

De Elysium XIII
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Supermatter Engine est la source principale d'énergie à bord des vaisseaux et de certaines stations . Il est constitué d'un système de tuyaux et de machines qui tire de l'énergie de la puissance de l'Eclat de Supermatter, une matière instable, radioactive et explosive pouvant occasionner des dégâts critiques au vaisseau si il n'est pas maîtrisé. Une fois le système du Supermatter Engine stabilisé, il est capable de fournir de l'énergie à la quasi-totalité des secteurs du vaisseau.

Le démarrage du Supermatter Engine est la responsabilité première du département Ingénierie. Il est attendu de tout ingénieur de travailler dessus à chaque début de round.

Principe de fonctionnement

Bien que le Supermatter Engine soit composé d'un ensemble de sous-système individuel plus ou moins complexe, son principe de fonctionnement est simple.

Eclat de Supermatter

Mortel, radioactif, brillant et imposant, voila tout ce qui défini un Eclat de Supermatter. Il est le cœur de la production énergétique du vaisseau. Comprendre ses propriétés est la clé de la compréhension du Supermatter Engine.

Dans un premier temps, et dans le cas ou vous ne comprendriez pas que Mortel et Radioactif sont des adjectifs forts pour qualifier l'Eclat de Supermatter, sachez que c'est la chose la plus dangereuse qui soit à bord du vaisseau. Tout ce qui rentre en contact directe avec lui tend à le rendre instable et est susceptible de le faire exploser par processus de délaminage. Son explosion n'est pas un risque se limitant au département ingénierie, mais pour tout le vaisseau. Son explosion emportera une grande partie du vaisseau et tuera une grande partie de l'équipage. Si il y a encore des survivants ils devront faire face aux radiations qui s'éparpilleront dans le reste de la carcasse du vaisseau.

Comme le sujet des radiations inquiète aussi bien les médecins que le reste de l'équipage, tout le monde est conscient qu'un Supermatter instable peut rapidement devenir un problème. Il est du devoir de l'ingénierie de tout faire pour éviter son explosion.

Fort heureusement une interaction directe avec l'Eclat de Supermatter n'est jamais requise. Dans le cas ou une opération manuelle serait requise, comprenez bien la personne qui touchera l'Eclat(en cliquant dessus), sera immédiatement vaporisé.


Note: La seul manière de manipuler l'Eclat de Supermatter sans provoquer son explosion est de le tirer.


Même en n'interagissant pas directement avec l'Eclat, il est dangereux pour toutes personnes à proximité. Regarder un Eclat de Supematter peut provoquer des hallucinations qui devront être traité par un médecin plus tard. Une fois excité l'Eclat dégage des radiations mortels, de la chaleur et des mélanges de gaz inflammables tel que l'oxygène et le phoron. Le coeur du réacteur est conçu de manière à contenir les gaz, la chaleur et les flammes, mais un ingénieur prudent revêtira toujours une combinaison antiradiation avant de s'en approcher.

Dernièrement l'Eclat de Supermatter est sensible aux températures excessives. Lorsqu'il atteint une température de 5000 K il commence son processus de détérioration jusqu'à ce que son intégrité atteigne 0%. Suite à quoi bien évidement il explosera. Il est également bon de savoir qu'à partir de 4250 K l'Eclat les fenêtres en borosilicates du réacteur commenceront à fondre, provoquant ainsi une brèche dans le réacteur. A 6000 Kelvin, les murs de confinement renforcé autour du réacteur fondront en une bouillie radioactive. A une température de 4000K est généralement considéré comme la température seuil à ne pas dépasser pour les opérations standard. L'ingénierie doit s'attendre à réagir rapidement pour refroidir l'Eclat quand cela arrive

Les tirs causent également l'instabilité de l'Eclat de Supermatter, en fonction du temps et de la quantité de dégât l'Eclat pourra regénérer son intégrité à condition qu'il reste à des températures acceptables (en dessous des 5000 K).

En dépit de sa dangerosité, l'Eclat de Supermatter devient indispensable une fois maîtrisé. Une fois active correctement l'Eclat absorbera de petite quantité de gaz à proximité de lui pour délivrer des radiations, de la chaleur et d'autres gaz (oxygène et phoron). La quantité délivré dépendra des gaz qu'il absorbe et de la quantité d'énergie employé lors de son activation.

Les générateurs Thermoélectrique

Le générateur thermoélectrique est une grosse machine qui associé à l'Eclat de Supermatter forme le cœur battant du Supermatter Engine. Fort heureusement pour les ingénieurs cette machine présente moins de risque mortel pour eux.

Le concept est très simple: Le générateur thermoélectrique est monté avec deux turbines, une de chaque côté. Un gaz pénètre dans les turbines et les fait tourner dans le sens opposé à l'une de l'autre. Quand le gaz traverse le générateur il génère de l'énergie en fonction de la température des gaz qui le traversent. Plus la différence de température entre les deux gaz est grande, plus le générateur génère d'énergie. Les gaz sont ensuite éjecté de la turbine vers le circuit de tuyauterie pour poursuivre leur cycle de traitement. Quand le générateur fonctionne de manière optimale, des voyants lumineux s'allument dans les turbines et sur la pièce centrale du générateur pour indiquer qu'il est en train de produire de l'énergie.

Dans le processus les gaz qui pénètrent dans les turbines sont soumis à un échange thermique qui tendent à égaliser lentement leur température. En conséquence le circuit chaud réchauffe le circuit froid et inversement le circuit froid refroidi le circuit chaud. Il n'est donc pas possible de brancher une canister de gaz surchauffé et une canister de gaz refroidi directement sur le circuit et de le faire fonctionner perpétuellement. La température finira par s'équilibrer et la production d'énergie cessera.

Le générateur possède un seuil limite de production d'énergie. Si ce seuil est dépassé, le générateur dissipera l'excédent d'énergie en produisant des étincelles. En dépit des bruits pouvant paraître inquiétant, cela n'endommagera pas le générateur.

Un ingénieur peut connaître toutes les informations relatives à un générateur en cliquant sur ça partie centrale. Il affichera des détails sur les gaz traversant les turbines, et l'énergie produite.

Les circuits de tuyauteries

Le Supermatter Engine est constitué d'un labyrinthe de tuyaux de toutes les couleurs qui peuvent paraître difficile à appréhender pour un ingénieur débutant. Fort heureusement ce système est plus simple qu'il n'y paraît et chaque tuyau possède un code couleur ayant une signification précise pour en faciliter la compréhension.

  • Les tuyaux noirs sont ceux de l'évacuation des déchets. Les gaz qui circulent à l'intérieurs sont évacué directement dans l'espace.
  • Les tuyaux cyans sont ceux du circuit de refroidissement. Le gaz circulant dans ces tuyaux est maintenu aussi froid que possible en le faisant passer dans un radiateur exposé au vide spatiale afin de favoriser la dissipation de chaleur. Il est ensuite conduit à l'entrée de l'une des turbines du générateur.
  • Les tuyaux verts et jaunes sont ceux du circuit chaud. Le gaz circulant dans les tuyaux verts sont destinés à être injecté dans la chambre de l'Eclat de Supermatter, cette exposition brève avec l'Eclat permet deux choses : Créer la réaction de production d'énergie et absorber une partie de sa chaleur. Une fois chauffé le gaz est évacué de la chambre dans les tuyaux jaunes et qui est ensuite branché à l'entrée d'une turbine du générateur puis éjecté dans les tuyaux verts.

Filtrage des gaz

En plus de ces tuyaux de base il existe des filtre à gaz permettant l'éjection des gaz dangereux en dehors du circuit. Vous les trouverez dans la pièce des générateurs, ils doivent être réglés de manière à conserver le gaz que vous faites circuler dans les circuits, tandis que tous les autres gaz sont évacués à l'extérieur. Il est très important de réaliser ce réglage, car la réaction qu produit de l'énergie fait dégager de l'oxygène et du phoron de l'Eclat de Supermatter, et ces gazs dangereux et inflammables s'introduisent dans le circuit chaud. Si ils ne sont pas proprement éjectés cela peut avoir de grave conséquence. Le plus important à retenir est que le gaz que vous réglé sur les filtres doit correspondre aux gaz qui vous introduisez dans le circuit, autrement tout le gaz des canisters qui vous brancherez au circuit finira dans l'espace, ce qui provoquera rapidement une délamination de l'Eclat de Supermatter.

L'émetteur laser

Le moyen le plus prudent d'interargir avec l'Eclat de Supermatter est de le faire avec un tir de rayon à particule. Le laser est fixé en face de l'Eclat de Supermatter et ne doit tirer qu'une fois que le système a entièrement été initialisé. Une fois initialisé, il faut ouvrir la fenêtre de protection blindé révélant l'Eclat de Supermatter et tirer avec le laser pour activer l'Eclat et démarrer la production d'énergie. Plus le laser tir, plus l'Eclat de Supermatter libère de chaleur, et donc plus il permet de produire de l'énergie.

Rappelez vous cependant que l'Eclat de Supermatter est sensible à la chaleur. Laisser le laser tirer indéfiniment dans le but de produire une quantité de chaleur et d'énergie exponentiel conduira irrémédiablement à une situation explosive en très peu de temps. Et même si l'Eclat n'explose pas, les niveaux d'énergies élevés produiront d'intenses radiations pouvant fuiter du réacteur. Reportez vous à la table des tirs ci-dessous pour plus d'informations sur la méthode de démarrage devant être employé.

Le système dans son ensemble

Maintenant que vous avez une meilleur compréhension de chaque sous-système du Supermatter Engine, il ne devrait pas être trop difficile pour vous de comprendre la théorie de la Supermatter.

Le gaz du circuit chaud est injecté dans la chambre contenant l'Eclat de Supermatter, réchauffé par l'Eclat lui même, pour être ensuite réinjecté dans le circuit menant à la turibine. De la même manière pour l'autre turbine du circuit froid le gaz circule dans un radiateur exposé au vide de l'espace pour dissiper la chaleur. Le différentiel de température est ensuite transformé en électricité par le générateur thermoélectrique. Dans le processus, une partie de la chaleur du circuit chaud est transmise dans le circuit froid, pour éviter la surchauffe du système. Ce processus suis ensuite un cycle se répétant encore et encore.

Exprimer de cette façon, il s'agit d'un processus extrêmement simple, il est autosuffisant et n'a pas besoin d'être étroitement surveillé si il est correctement démarré.

Processus de démarrage

Maintenant que vous connaissez la théorie, il est temps de passer à la pratique.

Equipement de protection

Les ingénieurs qui travaillent à proximité de la salle des machines sont encouragés à porter une protection antiradiation en permanence. Même la génération d'un courant de sortie faible de l'Eclat de Supermatter peut s'avérer dangereux et ne pas respecter les procédures de sécurités et le meilleur moyen de terminer à la morgue.

Etape 1 : Réglage des filtres

Avant d'injecter quoi que ce soit dans le circuit. Régler les filtres reliés aux tuyaux noir. Par défaut tous les gaz en sortie sont éjectés dans l'espace à l'exception d'un qui est conservé. Cet unique gaz qui est gardé dans le circuit doit correspondre au gaz que vous allez injecter dans le circuit avec les canisters. Pour un démarrage basique on utilise de l'hydrogène, si vous choisissez ce gaz, réglez les filtre sur hydrogène.

Etape 2 : Injection des gaz

Typiquement, on peut démarrer le Supermatter Engine en faisant circuler de l'Hydrogène dans ses circuits de tuyauteries. Si vous choisissez ce gaz, vous aurez besoin de au moins trois canisters d'hydrogène remplie à 15 000 KPa en atmos. L'idée est de fournir suffisamment de matière pour absorber la chaleur généré par l'Eclat de Supermatter.

une fois les canisters remplie en atmos, fixez les avec une wrench sur les ports d'injection du circuit. Il faut ensuite activer les pompes sont les canisters pour l'introduire dans le circuit. Vous devrez vider deux canisters dans le circuit froid et une canister dans le circuit chaud.

Quand la première canister du circuit froid est vide, retirez la avec une wrench, et remplacez la par une autre. Comme ce processus prend du temps, profitez en pour vous avancer dans la mis en place.

Etape 3 : Mise en place du circuit de refroidissement

Les gazs sont injectés dans le circuit, les filtres sont réglés, et les SMES prêt à accumuler l'energie et la distribuer. Il ne reste qu'à ouvrir au MAX les pompes du circuit froid pour leur envoyer le gaz dans les turbines.

Etape 4 : Démarrage

Liste de vérification

Avant d'activer l'Eclat de Supermatter, il est bon de parcourir la checklist pour éviter de causer un accident mortel:

  1. Les filtres d'évacuation sont-ils correctement réglés ?
  2. Le circuit chaud est-il actif ? Si c'est le cas la turbine du générateur thermoélectrique devrait tourner.
  3. Le circuit froid est-il actif ?Si c'est le cas l'autre turbine du générateur devrait aussi tourner.
  4. La console du Supermatter indique un EPR de 1.5 et ne diminue pas ?

Activation de l'Eclat de Supermatter

Le moment de vérité approche, il est temps d'activer le moteur pour alimenter le vaisseau.

  1. Vous portez votre combinaison antiradiation
  2. Ouvrir la blast door de l'Eclat de Supermatter pour l'exposre au laser. (Il faut appuyer sur le bouton "Reactor Blast Door" dans la pièce de contrôle de l'engine).
  3. Sur une console de la pièce de contrôle de l'engine, dans le programme camera monitoring, observez la zone Interior Core et vérifiez que le laser a une ligne de mire sur l'Eclat de Supermatter.
  4. Activez le laser. Soit en cliquant sur le bouton "Engine Emitter" dans le salle de contrôle de l'engine, soit en vous positionnant derrière le laser dans la salle des générateurs.
  5. Compter le nombre de tir du laser.
  6. Quand le laser a tiré le nombre de salve prévu, coupez le.
  7. Fermez la blast door du réacteur.

Pour savoir combien de fois tirer sur le Supermatter, reportez vous à la table ci-dessous. Exéder le nombre de tir recommandé est dangereux. Cela provoquera une surchauffe de l'Eclat qui finira par se délaminer.

Type de gaz Tir recommandé (fonction de l'EER) Tir Maximum Puissance de sortie moyenne(recommandé) Puissance de sortie moyenne (max)
Hydrogène (H2) 30-40 (EER 600) 50 ~2-4MW ~2-3 MW

NOTE: Ces valeurs ne sont pas à jour. (En cours de test sur le HERMES)

NOTE: EER (Energye Emission Rate) peut être contrôlé sur une console dans le programme Supermatter Monitoring. Une valeur élevée signifie une plus grande puissance en sortie.

Si vous êtes parvenu au bout de cette mise en place, félicitation ! Le Supermatter Engine est maintenant activé, et vous n'aurez plus besoin de revenir dessus jusqu'à la fin du round.

Maintenance et Procédures d'Urgences

Bien que le Supermatter Engine soit conçu afin d'être autosuffisant, quelques maintenances mineurs sont requises pour le maintenir stable. Au-delà de ça, il est aussi possible que des idiots trafiquent des systèmes vitaux de la machine ou que des ingénieurs débutants fassent des erreurs durant la mise en place du système. Dans ces situations, il est important d'analyser la panne et de la réparer rapidement, car un Eclat de Supermatter malheureux est un Eclat de Supermatter qui explose.

Réactivation de l'Eclat

Le Supermatter perd lentement l'énergie qui a été utilisé pour l'activer. Cela se traduit généralement par une perte de puissance de sortie, une réduction de la chaleur, de la production des gaz et des radiations. Quand cela arrive il faut réactiver l'Eclat pour maintenir une puissance de sortie optimale.

Cela ne devrait pas représenter un problème pour la plupart des rounds. Le démarrage initiale de l'engine devrait être suffisant pour tout le round. A moins qu'il n'y ai une consommation colossale d'énergie ou d'autres problèmes, il peut être nécessaire de rouvrir la blast door de l'Eclat et de devoir tirer à nouveau quelques tir de laser pur l'activer.

Surveillance du Supermatter

Pour surveiller les conditions de l'Eclat de Supermatter, le personnel de l'ingénierie a accès à un programme qui s'appel Supermatter Monitoring. Ce dernier leur permet de connaître les informations relatives à l'Eclat dans le réacteur: valeur d'EER, température, intégrité, et autres valeurs pouvant évoluer durant la mise en place du Supermatter Engine. Il affichera également des alertes lorsque des valeurs seuils seront approchés.

Si le programme ne donne aucune indication sur l'Eclat, c'est qu'il est très probable qu'il ai été déplacé. Les ingénieurs feraient mieux de le retrouver rapidement.

En plus de ce programme de surveillance, le vaisseau possède un système de prévention lorsque l'intégrité de l'Eclat baisse en dessous de 90%. Des messages radio seront diffusés sur le canal radio général à chaque palier de 10% pour prévenir le personnel du désastre imminent.

Diagnostique

Si un programme de surveillance du Supermatter Engine indique une alerte, il est d'une importance vitale d'identifier la source du problème et de la corriger aussi vite que possible. Ne pas y parvenir a souvent pour conséquence une délamination. Pour émettre un diagnostique le plus efficacement possible suivez ces étapes :

  1. Equipez vous d'une combinaison antiradiation
  2. Inspecter le laser depuis la salle de contrôle. Ii il est allumé, coupez le.
  3. Utiliser le programme Supermatter Monitoring et vérifiez son statut. Si la valeur EPR est plus basse que d'habitude, c'est qu'il y a une fuite de gaz dans l'un des circuits.
    1. Dans le cas ou il y a un fuite avéré, il faut en identifier la cause. Si une pompe/valve ne doit pas être activé en temps normal, désactivez là. Si un tuyau est cassé, remplacez le, etc...
    2. Quand la panne est réparé, injectez à nouveau du gaz dans le circuit.
  4. Contrôlez la salle des machines avec les cameras
    1. Vérifiez si il y a des dégâts sur les murs ou les tuyaux, en particulier à proximité du réacteur.
    2. Si le réacteur est ébréché, rendez-vous à la section Brèche dans le réacteur ci-dessous.
    3. Autrement réparez les dégâts et poursuivez le diagnostique.
  5. Vérifiez le SMES de l'ingénierie dans la salle des SMES. A t-il de l'énergie en réserve ? Ses entrées/sorties sont elles activées ? Si il n'est pas actif, activez le rapidement, car c'est lui qui alimente toutes les machines du département d'ingénierie.
  6. Entrez dans la salle des générateurs et vérifiez l'intégrité des câbles électriques et des tuyaux. Si aucun tuyaux n'est endommagé, déterminez sir le circuit est suffisant pour assurer le refroidissement. Cela peut signifier que le gaz entre dans une turbine sans suivre son trajet habituel, ou qu'il passe par une valve de dérivation prévu pour les refroidissement d'urgence et qu'il retourne directement dans le réacteur.
  7. Commencer à contrôler toutes les machines. Est-ce que les APC ont assez d'énergie pour alimenter les pompes du Supermatter Engine ? Si ce n'est pas le cas remplacez la batterie rapidement. Habituellement c'est le SMES de l'ingénierie qui charge l'APC. Vous pouvez aussi utiliser un générateur portatif P.A.C.M.A.N si vous n'avez pas de batterie.
  8. Vérifiez les générateurs Thermoélectrique. Fonctionnent-ils correctement ? Sont-ils correctement fixé au sol ?
  9. Toutes les machines fonctionnent-elles correctement ? Si ce n'est pas le cas, essayer de créer une dérivation, ou alors de réparer la machine, en fonction de la machine impliqué.
  10. Si a n'importe quel étape l'intégrité de l'Eclat atteint 30%, l'ejection d'urgence est recommandé afin d'assurer la protection de la structure du vaisseau ou de la station.

Si vous avez tout vérifiez et que vous êtes convaincu que tout devrait fonctionner, n'hésitez pas à faire un ahelp aux admin pour signaler un potentiel bug.

Remplacement du gaz

C'est la solution préconisé en cas de brèche du réacteur ou d'autres dégâts structurels. Tout ingénieur travaillant sur le Supermatter Engine devrait être familier avec cette procédure.

Si la température du Supermatter approche ou va au-delà de la température critique, il est possible de d'évacuer tout le gaz du circuit chaud en appuyant sur le bouton "Engine Ventilatory Control" dans la salle de contrôle. Cela aura pour effet d'ouvrir une fenêtre dans le réacteur qui donne sur l'espace, évacuant ainsi tout le gaz du réacteur et du circuit chaud. Une fois le gaz surchauffé évacué, vous pouvez fermer la fenêtre, et le gaz de remplacement peut être injecté dans le circuit. Généralement l'évacuation du gaz réinitialiser une température acceptable dans le réacteur.

Il est aussi possible de changer la nature du gaz que vous souhaitez avoir dans votre circuit. Par exemple pour remplacer l'hydrogène par du Phoron. Dans ce cas pensez à régler les filtres en conséquence avant de remplacer le gaz.


Warning: Le Supermatter perdra son intégrité rapidement si il n'y a plus de gaz dans le circuit. Ne pas utiliser cette méthode si l'intégrité de l'éclat est déjà à un niveau critique !


Injection de gaz de refroidissement

Quand le système est instable, mais qu'il n'est pas en surchauffe, il est inutile de faire un remplacement de tout le gaz du circuit chaud. Il peut être suffisant d'injecter un gaz plus froid dans le circuit pour lui faire perdre de la température et empêcher le Supermatter de perdre en intégrité. Cette procédure sert généralement de béquille lorsque l'on veut gagner du temps. Le mieux étant de préparer un gaz pré-refroidi en atmos que l'on transfert ensuite dans une canister.

Le gaz utilisé habituellement lors de cette procédure est de la même nature que le gaz utilisé dans le circuit. Si un autre gaz est utilisé, il peut être prudent d'utiliser un gaz qui servira de gaz de refroidissement d'urgence et qui sera éjecté du système par les filtres. Le gaz de refroidissement fera baissé la température du gaz présent dans le circuit avant d'être éjecté dans l'espace.

Valves de refroidissement d'urgence

Dans une situation ou il est nécessaire de faire chuter la température rapidement, il est possible de joindre le circuit chaud et le circuit froid en tournant la valve de refroidissement d'urgence. Cela aura pour effet de mélanger les gaz des deux circuits et fera tomber la température rapidement, au prix d'une réduction drastique de la production d'énergie. Cette valve ne devrait être tourné que si l'intégrité du Supermatter diminue trop rapidement.

Ejection d'urgence de l'Eclat

Solution de dernier recour quand la délamination du Supermatter est imminente. L'ingénierie peut prendre la décision d'éjecter l'Eclat de Supermatter du vaisseau afin d'éviter le pire. Evidement cela laissera le vaisseau sans source d'énergie principale, mais cela est préférable à l'autre alternative dans laquelle le vaisseau explose et est irradié.

Le processus d'éjection est très simple.

  1. Appuyer sur le bouton Emergency Core Vent Control Button
  2. Appuyer sur le bouton Emergency Core Eject

Restauration de l'énergie

Si le SMES de distribution de l'énergie principale ne fonctionne plus, vous devez immédiatement trouver un moyen d'urgence pour alimenter l'ingénierie. Si l'énergie venait à manquer, aucune machine ne fonctionnerait et le Supermatter finirait par rentrer en délamination. La restauration de l'énergie dépend de la situation que vous affrontre, vous pouvez par exemple brancher un PACMAN ou un autre source d'énergie. Si des cables sont coupés, réparé les rapidement.

Brèche dans le réacteur

Une brèche dans le réacteur est une situation extrêmement dangereuse dans laquelle la chambre de l'Eclat de Supermatter est compromise. Il existe deux types de brèches, chacune doit être traité d'une manière spécifique.

Brèche interne

Une brèche interne arrive quand les murs, les fenêtres ou les sas du réacteurs sont détruits (ou si le sas reste ouvert). Cette situation est très dangereuse parce que la température du réacteur et du circuit chaud vont envahir la salle des machines. Si le gaz qui a été utilisé dans les circuits est du Phoron, la situation devient critique, car la quantité d'oxygène dans la pièce peut démarrer un important incendie. Même si aucune flamme n'est allumé dans le salle des machines, l'Eclat réagira violement à la présence d'oxygène dans la pièce, entraînant une réaction en chaîne qui va considérablement élevée sa température et le faire rentrer en délamination.

Une brèche interne est l'une des pires situations à laquelle l'ingénierie doit faire face. La priorité doit se porter sur la réparation des parois du réacteur et sur l'expulsion de l'oxygène présent dans la salle des machines. Si cela est impossible, l'ingénierie n'aura d'autre choix que d'éjecter l'Eclat à l'extérieur du vaisseau.

Brèche externe

Une brèche externe arrive quand les murs de la parois externe sont endommagés et provoque une fuite de gaz à l'extérieur du vaisseau . Si cela arrive, les niveaux de pression atteindront rapidement zéro. Cela peut être évité si un ingénieur coupe rapidement l'injection de gaz dans le réacteur.

Comme pour la brèche interne, la priorité doit être de scellé les parois externes et restaurer l'intégrité du Supermatter. Contrairement à la brèche interne il n'y a pas besoin de siphonner l'oxygène de la salle des marchines. A la place il faudra réparer la coque avec du plasteel ou du diamond pour de meilleur tolérance d'absorption de température. Pour cela il faudra vous équiper d'une voidsuit et sortir du vaisseau en passant par un sas. Prenez bien note que les voidsuit ne protègent pas contre les radiations, il faudra prévenir l'infirmerie pour qu'elle prépare les soins antiradiation nécessaire pour toutes personnes intervenant lors des réparations.

Une fois que la brèche est scellé il faut injecter le gaz dans le réacteur, cela peut requérir d'injecter à nouveau du gaz dans le circuit chaud.

Démarrage à froid

Si pour une raison ou pour une autre le SMES de l'ingénierie est vide et que l'apc n'a plus suffisament d'énergie, le laser ne sera pas capable de tirer sur le Supermatter et il vous sera donc impossible de produire de l'énergie. Dans cette situation un "démarrage à froid" est nécessaire. Il existe tout un tas de façon de le fair. La plupart du temps, cela consiste à brancher une source d'énergie temporaire sur le réseau électrique de l'ingénierie, le temps de démarrer le Supermatter. Voici une liste de quelques méthodes existantes :

  • Brancher un générateur portable PACMAN sur l'input du SMES d'ingénierie avec une wrench. Coupé l'input d'énergie du SMES principale, coupez également l'output du SMES d'ingénierie ouvrez l'input du SMES d'ingénierie au maximum et attendez un peu que le SMES charge un peu. Une fois chargé ouvrez l'output du SMES d'ingénierie et tenté un tir de laser. Souvenez vous que pour fonctionner le PACAMAN a besoin de carburant solid phoron, il devrait y en avoir un peu dans les stocks de l'ingénieries.
  • Impossible d'utiliser un PACMAN ? Utilisez les panneaux solaires. Vous allez devoir recâbler un peu pour relier le SMES d'ingénierie au réseau de la source d'énergie principale afin qu'il puisse charger pour permettre le tir du laser.
  • Pas de panneaux solaires ? Demandez au personnel de sécurité de vous rejoindre avec une arme laser et de tirer dans le Supermatter. Bien que les armes laser soient moins puissantes que celui de l'ingénierie, ils ont la capacité à activer partiellement le Supermatter qui pourra produire une petite quantité d'énergie qui permettra par la suite d'utiliser le laser d'ingénierie. N'utilisez pas d'armes à munition solide ! Cela pourrait endommager le Supermatter.
  • Pas d'armes à bord ? Il existe une autre alternative. Construire un rack PSU, et le connecter au SMES de l'ingénierie. Collécté des batteries dans le vaisseau et insérez les dans le rack PSU pour faire charger le SMES d'ingénierie. Bien que les batteries ne stockent pas autant d'energie qu'un SMES cela devrait permettre quelques tirs pour activer le Supermatter.
  • Quelqu'un a volé tous les circuits PSU ? Il ne reste que la solution de l'oxygène. Une forte concentration d'oxygène provoque une réaction en chaîne à l'intérieur du Supermatter qui devrait être suffisante pour produire un peu d'énergie. Effectuer cette manoeuvre avec du Phoron dans le circuit chaud est extrêmement risqué à cause des risques d'incendie que cela implique. Cette méthode des démarrage est assez imprévisible et ne devrait être utilisé que si vous n'avez pas le choix. N'oubliez pas de filtrer l'oxygène présent dans le circuit.

Optimisation et personnalisation

En dépit de la sensibilité de l'Eclart de Supermatter, les ingénieurs vous diront que l'Engine a été conçu pour être facilement personnalisable. Il est possible d'opérer à certaines modification qui permettront d'augmenter l'énergie produite.

Mélange gazeux

Chaque ingénieur a sa préférence en terme de choix de gaz et sait justifier pourquoi il l'emploi. Que ce soit pour les avantages qu'ils procurent en terme de production energétique, de sécurité et d'efficacité. En vérité il s'agit surtout de préférence personnel, vous pouvez expérimenter tout les gaz et décider de la quantité à injecter dans les circuits.

Cependant mélanger des gaz dans le circuit n'est pas recommandé. Ce n'est pas une méthode efficace et complexe vis à vis du système de filtrage qui ne tolère qu'un gaz unique dans le circuit, le modifier serait nécessaire pour en ajouter de nouveaux. De plus cela impacterait également la complexité des procédures de refroidissement d'urgence.

Il faut savoir qu'un circuit avec plus de gaz ne signifie qu'il est meilleur q'un circuit avec moins de gaz. En règle général, le circuit froid fonctionne mieux quand il contient plus de gaz que le circuit chaud. C'est parce qu'un gaz plus dense à tendance à se refroidir plus facilement et qu'un gaz moins dense à tendance à se réchauffer plus vite La combinaison la plus optimisé correspond au ratio 2:2 phoron,mais des combinaisons1:2 ou 2:4 conviennent parfaitement (A TESTER !!!).

Collecteur de radiation

Cet appareil peut être placé à proximité du Supermatter pour capter les radiations et produire de l'énergie supplémentaire. Le meilleur emplacement est à proximité des vitres du réacteur, car plus le collecteur est placé proche de l'Eclat, plus il produit d'énergie. Il est possible de s'en procurer un en passant la commande au Supply ou peut être trouverez vous des pièces dans les maintenances si vous avez de la chance.

Amélioration des SMES

Vous pouvez trouver des pièces en ingénierie ou dans les maintenances pour améliorer vos SMES. Pour plus de détails, aller voir la page d'information sur les SMES.

Ajouter un autre générateur Thermoélectrique

Ce n'est pas une opération commue, mais cela reste une option pour donner un coup de fouet à votre production d'énergie. Il est possible d'en commander un nouveau au supply.

Choix du gaz

Vous pouvez utiliser différent gaz dans votre circuit. N'oubliez pas d'ajuster les filtres en fonction de celui que vous choisirez.

Nitrogen

N2 canisterDELETETHIS.png Le Nitrogen est le pire gaz à utiliser dans le circuit. Il n'absorbe pas et n'émet pas de chaleur, en plus il ne fait pas réagir le Supermatter efficacement. Avec ce gaz dans le circuit les rendements seront faible en plus de produire beaucoup de chaleur. Le seul avantage à utiliser du nitrogen est qu'il s'agit d'un gaz bon marché.

Carbon Dioxide

CO2 canister.png Le dioxyde de carbone est un gaz une catégorie au dessus du nitrogen. Il absorbe la chaleur plus facilement, ce qui signifie que l'engine fonctionner a des températures plus de produire plus d'énergie. Ce n'est pas ce qu'il y a des plus efficace, mais ça reste toujours plus efficace que le nitrogen et plus sûr que l'oxygène ou le phoron en cas de brèche dans le réacteur.

Hydrogen

H2 canister.png (Standard) L'Hydrogène est le gaz standard et le plus populairement utilisé par les ingénieurs. Ses capacités de dissipation de chaleur sont supérieurs à celle du CO2 et du N2, e qui signifie que l'engine fonctionne a basse température avec des rendements d'énergie plus qu'honorable . Cependant, contrairement au dioxyde de carbone, l'hydrogène n'est pas un gaz inerte et lorsqu'il est mélangé à de l'oxygène dans le réacteur il produit de la vapeur d'eau qui est lentement siphonné à travers les pompes. L'Hydrogène est aussi un gaz inflammable ce qui peut produire de bref phénomène d'enflammement à l'intérieur de la chambre, cela peut paraître impressionnant mais ne doit pas vous inquiéter, en revanche cela peut être mortel en cas de brèche interne dans le réacteur.

Phoron

Plasma canister.png Le phoron a l'état gazeux est difficile à se procurer et possède deux fois la capacité de d'absorption de chaleur de l'hydrogène, à cause de cela une mise en place avec le Phoron prend deux fois plus de temps pour atteindre la même température. A haute température le Photon réagit violement quand il est en présence d'oxygène de la même manière que l'hydrogène. Quand on le compare à l'hydrogène, les rendement énergétique du Photon sont les mêmes mais à une température plus élevée

Oxygen

O2 canister.png Utiliser de l'oxygène aura pour conséquence un rendement énergétique faible, il est extrêmement inflammable et peut produire une réaction en chaîne dans le réacteur. En d'autre terme, n'utilisez surtout pas d'oxygène. L'oxygène ne doit être utilisé que dans la procédure de "démarrage à froid" décrite sur cette page.

Nitrous Oxide

N2O canister.png Le protoxyde d'azote permet d'avoir un circuit plus froid qu'avec le nitrogen, mais il s'agit également d'un oxydant qui réagit violement avec le phoron présent dans le réacteur et avec le Supermatter. Il est une catégorie au dessus de l'oxygène, mais il se consumme rapidement pour devenir du nitrogen.

Notez que démarrer le Supermatter Engine avec du Phoron ou du Dioxyde de Carbone dans le circuit chaud aura pour conséquence une augmentation de la pression et devra être surveillé de près.